Photo ©Shutterstock / Andrea Izzotti
Lieux de la foi
Collégiale de San Quirico d'Orcia
Sur la Via Francigena, une ancienne église romane riche en œuvres d'art
Collegiata di San Quirico d'Orcia
Via Dante Alighieri, 78, 53027 San Quirico d'Orcia SI, Italia

La Collégiale des Saints Quirico et Giulitta, connue sous le nom de Collégiale de San Quirico d'Orcia, est une splendide église de style roman construite sur les vestiges d'une ancienne église paroissiale.

C'est pourquoi elle présente trois portails très différents l’un de l’autre. Le principal, de style roman, qui mène à l'intérieur, remonte au XIIe siècle et présente un grand arc soutenu par une paire de colonnes reposant sur deux lions : sur l'architrave, deux crocodiles se font face, tandis que dans la lunette se trouve une sculpture de Saint Quirico en personne.
Sur le côté droit de l'église, il y a deux autres portails ajoutés plus tard, juste sur la Via Francigena.

Le premier portail est de style lombard, datant du XIIIe siècle, soutenu par deux cariatides reposant sur deux lions. Construit en 1288, il est attribué à Giovanni Pisano, qui travaillait alors à la Cathédrale de Sienne, car la flèche du portail porte l'inscription gothique « Iohes », qui pourrait faire référence au nom du sculpteur. Le troisième portail date de 1798 et présente une combinaison d'éléments gothiques et romans.

Le grand retable du XVe siècle, œuvre de Sano di Pietro, est splendide
 : il représente la Vierge à l'Enfant parmi des anges et des saints et quelques épisodes de la vie de la Vierge.

Le chœur en bois d'Antonio Barili
Chœur en bois d'Antonio Barili
Chœur en bois d'Antonio Barili - Credit: Ufficio Turistico San Quirico d'Orcia

À l'intérieur de la Collégiale de Saint Quirico d'Orcia se trouve le chœur en bois d'Antonio Barili, une œuvre réalisée pour la Cathédrale de Sienne entre 1483 et 1504 et transférée ici en 1749 grâce à l'intérêt de Flavio Chigi. Les panneaux, placés derrière le maître-autel, étaient à l'origine au nombre de dix-neuf, chacun décoré de figures différentes.

Les panneaux étaient surmontés d'une architrave, au-dessus de laquelle s’élevait une frise décorée de motifs animaux et végétaux, et le sommet était fermé par une corniche. Dans les sept panneaux qui subsistent à l'intérieur de la Collégiale, nous pouvons encore observer cette structure, mais nous ne pouvons qu'imaginer à quel point elle était élaborée avant que le chœur n’ait été démantelé et dispersé.

Le chœur en bois est une œuvre extraordinaire à bien des égards. Avant tout pour l'importance artistique des marqueteries auxquelles Barili avait donné une connotation picturale en essayant d'évoquer, à travers l'utilisation du bois, l'effet de la couleur. Il s'agit également d'un document historique car il nous permet de mieux connaître le métier de sculpteur.

Pour finir, il est possible de considérer le chœur comme l'effet d'une recherche de la troisième dimension, avec un clair-obscur obtenu par la juxtaposition de petites portions de bois de différentes teintes et de subtiles incisions qui recréent des boucles et des mèches de cheveux.