Default
Photo ©Aldo Ardetti
Musées, sites archéologiques et épaves antiques dans l'archipel toscan
Archéologie au bord de la mer dans les îles toscanes

La Toscane est une zone d'anciennes colonies, d'où de précieuses découvertes ont été mises au jour. Tout cela rend le patrimoine archéologique de la région inestimable. De la préhistoire aux Romains, en passant par la période étrusque, les sites archéologiques et les musées racontent le passé de la région. Les îles de l'archipel sont un autre lieu riche en histoire, où vous pouvez encore admirer des traces de villas historiques, de curieux vestiges préhistoriques et d'épaves. Voici quelques conseils pour les aspirants Indiana Jones, qui veulent se mettre à l’épreuve même en vacances.

Île d'Elbe

La plus grande île de l'archipel était sans aucun doute un point de référence important pour ceux qui voyageaient en Méditerranée. Les vestiges qui s'y trouvent remontent à la préhistoire : au sommet du Mont Capanne, on peut encore trouver de mystérieuses pierres disposées verticalement comme de véritables menhirs, et de nombreux objets aujourd'hui conservés au Musée archéologique de Marciana proviennent également de là-haut. L'Île d'Elbe est aussi l'île préférée des Romains, qui y ont construit des villas qui étaient autrefois de splendides résidences. Il s'agit notamment, à Portoferraio, de la Villa delle Grotte (habitée du Ier siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C.) et de la Villa della Linguella. Une autre villa, la Villa di Capo Castello, se trouve à Cavo, dans une position panoramique : les objets trouvés en ce lieu sont maintenant au Musée de la Linguella, à Portoferraio.

Île de Giglio

L’Île de Giglio a probablement été habité pour la première fois par les Étrusques, bien que certains sites comme Cote Ciombella ou des découvertes comme celle de Le Secche suggèrent des établissements dès la période néolithique. Certainement, il y a des preuves que la période romaine a été plutôt vivace : la construction de la Villa del Saraceno à Giglio Porto. Le bâtiment, construit par la famille de marchands Domitii Enobarbi entre le Ier et le IIe siècle après J.-C., se composait de plusieurs espaces, dont des zones extérieures dédiées à la pisciculture. Sur l'Île de Giglio, la mer a également livré des indices sur le passage des Romains, notamment avec l'épave d'un navire marchand de l'époque et plusieurs amphores datant du IIIe siècle après J.-C.

Giannutri

Les nobles familles romaines n’ont pas non plus résisté aux charmes de l’île voisine de Giannutri. Sur cette petite île sauvage, les vestiges d'un ancien port sont visibles à Cala Maestra, tandis que les fonds marins de Punta Scaletta et de Cala Spalmatoio cachent les restes de navires romains et étrusques. L'un des sites archéologiques les plus spectaculaires, situé en plein centre de l'île, est la villa des Domizi Enobarbi, une résidence romaine élaborée du IIe siècle après J.-C. offrant une vue privilégiée sur la mer.

Pianosa

Pianosa, un paradis naturel qui envoûte les amateurs de randonnées et d'observation d’oiseaux, était déjà habité à l'époque préhistorique, comme en témoignent les outils paléolithiques et les ossements d'animaux découverts dans la Grotta dei Cervi à Cala Biagio. Les thermes d'Agrippa, un grand complexe romain destiné à Agrippa, neveu de l'empereur Auguste, sont incontournables. Celui-ci avait bénéficié d'un « exil doré » pour sa conduite turbulente : il habitait dans un palais (perdu) doté d'un vivier pour l'élevage, d'un théâtre et de bassins au bord de la mer pour des jours de douce oisiveté enviable. Les thermes ne sont cependant pas les seuls sites archéologiques de l'île : on y trouve également des catacombes, datant du IV au VI siècle après J.-C., constituées de niches funéraires et de tunnels impressionnants.

Capraia et Gorgona

L'Île de Capraia, encore si sauvage et enveloppée des fragrances du maquis méditerranéen, a été visitée par les Phéniciens, les Grecs, les Étrusques et les Romains. Cette perle de l'archipel a probablement été touchée par des peuples encore plus anciens, comme le prouvent certaines des pierres de la Sella dell'Acciatore, curieusement disposées peut-être pour un certain type de rituel. Si, toutefois, vous vous rendez près du château, vous pourrez découvrir les vestiges d'une villa de l'époque impériale.

À Gorgona, les preuves d'un passé actif vous pouvez les trouver sur le territoire de Limiti, où les vestiges d'une villa au bord de la mer de la fin de la République ont été mis au jour, ainsi que d'importantes céramiques de cette époque.