David par Eduardo Kobra
Photo ©Zone touristique Riviera Apuana
Nous vous révélons l'emplacement de certaines des peintures murales les plus populaires et les plus photographiées
La Riviera Apuana et le Street Art : cinq étapes incontournables
Riviera Apuana
by Riviera Apuana /fr/auteurs/riviera-apuana-00001/

La Riviera Apuana Terra Scolpita est un atelier de paysages, non seulement naturalistes mais aussi urbains. Ce qui surprend, ce sont les couleurs mais aussi les éléments de curiosité, les anecdotes et les histoires liées à chaque projet : bien plus qu'une simple décoration urbaine, chaque œuvre est créée en fonction du contexte dans lequel elle se trouve, elle dialogue avec le territoire et le met en valeur.

« David che guarda la luna » (David regardant la lune) par Eduardo Kobra

Commençons par un endroit spectaculaire et inhabituel pour trouver une peinture murale : une carrière de marbre ! C'est ici que se trouve le splendide « David che guarda la luna », une destination très populaire que l'on peut également atteindre à pied en suivant les sentiers qui partent des villages de Colonnata, Vergheto et Casette.

Créée par l'artiste brésilien Eduardo Kobra en 2017, la fresque est un hommage à Michelangelo Buonarroti, et se trouve à l'intérieur même du lieu où, il y a plus de cinq cents ans, le grand maître extrayait le blanc pour ses sculptures les plus célèbres comme, précisément, le David, conservé dans la Galleria dell'Accademia à Florence, ou la célèbre Pietà exposée dans la basilique Saint-Pierre au Vatican.

La peinture murale de Kobra a des proportions gigantesques, plus de dix mètres sur dix, et se distingue sur le marbre blanc de la carrière, entourée de l'extraordinaire paysage des Alpes Apuanes qui surplombe la mer et la ville de Carrare. Le sujet représenté, le célèbre David, dont on peut voir le visage et la main, a été réinterprété de manière multicolore avec des motifs géométriques qui distinguent le style de l'écrivain.

La Genèse de Michel-Ange par Ozmo

Autre hommage à Michel-Ange, toujours dans le contexte des carrières de marbre, la fresque d'Ozmo, alias Gionata Gesi, se situe dans la carrière de Ravaccione à Fantiscritti. En passant par un long tunnel, construit il y a plus de deux siècles comme chemin de fer pour le marbre, vous arrivez au cœur de la montagne et à l'intérieur de la carrière qui abrite la peinture de la Création d'Adam, peinte à fresque par Michel-Ange sur le plafond de la chapelle Sixtine. L'impact visuel est extraordinaire et impressionnant. Il est surprenant de trouver un tel tableau à l'intérieur d'une carrière couverte, chantier de construction par excellence.

Les quatre peintures murales d'Aldo Giannotti

Passons maintenant au centre de la ville de Massa où, en octobre 2020, l'artiste Aldo Giannotti a peint les murs latéraux de l'ancien marché couvert. Il s'agit d'un projet conçu et réalisé en collaboration avec le musée Gigi Guadagnucci, visant à valoriser la ville par des interventions d'art contemporain. La première action a permis à l'artiste de travailler sur l'ancien marché couvert de la ville, avec quatre peintures murales emblématiques inspirées de la zone Riviera Apuana Terra Scolpita.

L'artiste originaire de Massa, qui vit et travaille à Vienne depuis 2000, utilise ses dessins pour capturer et filtrer la réalité avec une analyse lucide et perspicace, et il le fait encore cette fois-ci, en jouant avec ironie sur des lieux typiques et symboliques tels que la Torre Marina (anciennement Fiat), le château Malaspina et le marché lui-même. Des dessins qui font sourire mais aussi réfléchir car ils sont à la fois drôles et mordants, présentés d'un point de vue inhabituel et montrant la réalité sous un jour différent.

« I Narcisi » d’Orticanoodles

L'ancien marché couvert de Massa avait déjà fait l'objet d'une intervention picturale en 2016, avec le graffiti réalisé sur la Piazza Berlinguer, représentant des Narcisses, fleurs caractéristiques des Alpes apuanes. Le projet est signé par les artistes Orticanoodles et a vu la participation et l'interaction de la communauté de la ville. Il s'agit d'un tableau réalisé avec un effet positif/négatif et une peinture au quartz de haute qualité pour assurer sa durabilité. Le thème floral fait immédiatement référence au contexte naturaliste dans lequel se trouve la ville de Massa, couronnée par les Alpes Apuanes et une riche flore.

« Non abbandonare la città » (n'abandonne pas la ville) par Orticanoodles

Les artistes Orticanoodles sont très actifs sur la scène du street art, présents avec leurs peintures murales en Italie et à l'étranger. Et c'est encore dans la Riviera Apuana que l'on trouve d'autres de leurs œuvres, comme la fresque « Non abbandonare la città », réalisée à Carrare sur la façade d'un bâtiment de la Piazza delle Erbe, lieu symbolique de la résistance des partisans. Ce projet se veut un avertissement à la mémoire de Francesca Rolla, l'une des héroïnes de la résistance carraraise, décédée en 2010 à l'âge de 95 ans, et qui, sur cette même place en 1944, a lancé un soulèvement contre les troupes de l'occupation allemande.

Ce grand portrait a pour but de faire naître des sentiments, des souvenirs, des valeurs communes et un sentiment d'appartenance à une communauté. Par son expérience et sa force, Francesca Rolla a été un symbole pour la ville de Carrare et un point de référence, et grâce à cette fresque, son enseignement ne sera pas perdu.

Orticanoodles est également responsable de la fresque du pape François sur le mur de l'Oratoire de Notre-Dame de Lourdes dans l'église de San Pio X à Massa, et de l'autre œuvre, réalisée à l'intérieur de l'église, représentant Mère Teresa de Calcutta. 

Dans le contexte urbain de Carrare, de nombreuses autres interventions artistiques sont observables, notamment la fresque de Tellas, alias Fabio Schirru, une œuvre d'art public faisant partie de la série appelée « Mimesi », dont les éléments peints rappellent la végétation luxuriante entourant un bâtiment, dans le but de réduire l'impact visuel du béton de cette structure construite dans la zone proche de Marina di Carrara.

Réalisées récemment dans le cadre d'une revalorisation du centre historique et d'une action de micro-régénération urbaine, les peintures sur les portails dédiées aux femmes afghanes font partie des initiatives « Non potete cancellarci » (vous ne pouvez pas nous effacer) et « Dove comincia la strada » (là où commence la route), créées par les filles de A m'l rum da me et les artistes de l'association de promotion sociale Oltre.

À Forno, au pied des Alpes apuanes, un petit élément de curiosité : la place du village historique abrite une peinture murale de l'artiste polonais Dawid Kownacki représentant les visages de certains habitants du village dans une image sacrée.